www.athle.fr
Accueil
comité départemental d'athlétisme du bas-rhin
Actualités
Championnats d'Alsace en salle annulés : L’hospitalité lorraine et la liste athlètes retenus
Commentez cette actualité
21 Janvier 2013 - CO
Championnats d'Alsace en salle annulés :  L’hospitalité lorraine et la liste athlètes retenus

Source LRAA

Vous trouverez ci-joint la liste des athlètes retenus pour les Championnats d'Alsace toutes catégories en Salle, dans le cadre des Championnats de Lorraine en Salle.

Merci de vous désengager avant le JEUDI 24 JANVIER auprès de Véronique WUTTMANN :  wuttmann.vero@wanadoo.fr

Listes des athlètes retenus

--------------------------------------------------------

source l'Alsace.fr du 22 janvier

le 22/01/2013 à 05:00 par F.R.

Les championnats d’Alsace en salle reprogrammés dimanche

Annulés dimanche en raison des intempéries et des conditions de circulation, les championnats d’Alsace en salle ont été reportés à ce dimanche 27 janvier, toujours à la salle de « L’Anneau », à Metz. La compétition se déroulera dans le cadre des championnats de Lorraine en salle, grâce à la bonne volonté des dirigeants de la Ligue de Lorraine d’athlétisme. Les inscriptions ne seront en revanche ouvertes qu’aux athlètes alsaciens de niveau régional 4 (IR4) et plus.

Les athlètes non retenus, dont les prochaines échéances nationales sont plus éloignées que celles des tout meilleurs, auront la possibilité de se retrancher sur des compétitions organisées exceptionnellement à Obernai, au CREPS de Strasbourg et à Offenbourg en Allemagne, vraisemblablement le week-end des 2 et 3 février prochains.

Mélanie Melfort fait sa rentrée samedi à Bordeaux

La sauteuse en hauteur alsacienne Mélanie Melfort fera sa toute première sortie officielle en 2013 à l’occasion du Meeting en salle de Bordeaux ce samedi 26 janvier.

La nouvelle licenciée du Strasbourg Agglomération Athlétisme (S2A), qui s’entraîne dur depuis plusieurs mois sur les installations couvertes d’Offenbourg, tentera de lancer au mieux une saison en salle qui doit au minimum la mener aux championnats de France Elite à Aubière les 16 et 17 février, voire aux championnats d’Europe à Göteborg (1 er au 3 mars), si les performances sont au rendez-vous. D’ici là, la 9 e des derniers Jeux Olympiques à Londres aura le temps d’affiner ses réglages, d’abord au Meeting « Happy Jump » de Dijon le 2 février puis au Meeting du Val d’Oise à Eaubonne cinq jours plus tard.

-----------------------------------------

Source DNA.fr du 22 janvier

 L’hospitalité lorraine

Alain Spira, le « Monsieur compétitions » de la Ligue d’Alsace, a confirmé l’information hier : un groupe élargi d’athlètes régionaux pourra peut-être se greffer aux championnats de Lorraine programmés dimanche à Metz, après l’annulation des ‘‘ Alsace ’’ initialement prévus avant-hier... en Moselle.

En tout état de cause, le niveau des candidats ne devra pas être « inférieur à inter-régional 4 ». La Ligue de Lorraine est libre, ensuite, de rendre la sélection encore plus restrictive.

Le rendez-vous n’étant ouvert qu’à des athlètes « toutes catégories », des solutions de repli sont actuellement étudiées pour les jeunes qui ne sont pas encore autorisés à franchir des haies d’une certaine hauteur (106 centimètres pour les masculins, 84 pour les féminines) ou à lancer des poids un brin trop lourds (7,26 kg pour les masculins et 4 kg pour les féminines).

Un accord a d’ores et déjà été trouvé avec le Creps de Strasbourg, dont la salle accueillera le 2 février une compétition pour les athlètes n’ayant pu se déplacer en Lorraine. Un meeting de sprint sera en outre organisé le 3 février au Cosec d’Obernai.

À noter, enfin, que les athlètes qui le souhaiteront (jeunes et seniors) pourront sans doute investir très prochainement la salle d’Offenburg (co-financée par la CUS), dans le cadre d’une épreuve qui aurait lieu un soir en milieu de semaine. La date reste, malgré tout, à fixer.

--------------------------------------

Paru samedi 19 janvier dans les DNA

Athlétisme Championnat d’Alsace en salle : le retour de Céline Distel-Bonnet ( ancienne licenciée du Bas Rhin)

 Un nouveau départ

«J’ai les cartes en main», se responsabilise Céline Distel-Bonnet. Photo archives DNA – laurent réa

«J’ai les cartes en main», se responsabilise Céline Distel-Bonnet. Photo archives DNA – laurent réa

Elle aurait pu tout arrêter. Elle a tout changé. Avec un nouvel entraîneur, Céline Distel-Bonnet dit revivre à l’athlétisme, au point de parler de «seconde carrière». Tout en partant dans l’inconnue, elle ne se fixe aucune limite.

céline Distel quitte le stade du lac de Maine en larmes. Nous sommes le 17 juin. Au sortir d’un printemps des plus poussifs, elle vient de finir bonne dernière de la finale du 200 m des championnats de France à Angers, au lendemain d’une élimination en séries sur 100 m (10”52, son meilleur chrono de 2012, ce qui en dit long).
Désemparée, elle ne sait plus où elle en est, ni à quel saint se vouer pour sortir de cette spirale négative. La date limite de qualification pour les JO étant fixée au 6 juillet, elle s’alignera encore aux meetings de Colmar, puis d’Amiens, mais le cœur, le corps et la tête n’y sont plus.

«J’en avais ras-le-bol de l’athlé»

Aujourd’hui, elle le reconnaît: « J’en avais ras-le-bol de l’athlé. J’avais besoin d’une autre vision de l’athlé. Avec Pascal (NDLR: Lacombe, son entraîneur depuis six ans au pôle espoir du CREPS, à Strasbourg), on avait fait le tour de la question. »

La sprinteuse du Pays Colmar Athlétisme s’est soumise à une indispensable remise en question, menant loin la réflexion.

« J’ai beaucoup travaillé sur moi-même pour comprendre ce qui s’est passé. Il s’agissait d’une fatigue mentale qui s’est transformée en fatigue physique. Et les blessures qui se sont enchaînées étaient plus mentales que physiques. Il s’agissait d’un mal plus profond qu’un simple problème de motivation. »

La conclusion ? Radicale. « Soit j’arrêtais, soit je changeais quelque chose. » Va pour la seconde option. Et comme un symbole, Céline Distel a aussi connu un changement important dans sa vie privée. Elle s’est mariée durant l’été avec Christophe Bonnet, athlète et sprinter lui aussi, remplaçant du relais 4X100 m aux JO de Pékin en 2008, record personnel sur 100 m, 10”43.

Entraîneur à distance

Pointes au pied, Céline devenue Distel-Bonnet a jeté son dévolu sur Dimitri Démonière. Le Martiniquais, 5 e des championnats de France sur 100 m en 2006, sa meilleure année (10”27), a surtout travaillé avec elle par le passé à l’INSEP.

Comment fonctionne le nouvel attelage, à distance ? « Avec les moyens d’aujourd’hui, les portables, les vidéos, c’est plus simple. Il me fait parvenir les plans d’entraînement. Une fois par mois, il vient à Strasbourg et je me rends à Paris pour travailler avec son groupe. »

Salariée au Centre européen d’étude du diabète, l’athlète prépare un diplôme universitaire dans le domaine de la nutrition sportive.

Dans ce cadre, elle suit une formation plusieurs jours par mois dans la capitale, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Elle en profite pour rejoindre l’INSEP en soirée.

Pour le reste, elle assure ses séances seule, ou avec le concours de son mari, toujours au CREPS pour ce qui est de la salle.

Athlète libérée

Et la métamorphose a opéré. « J’ai l’impression de redécouvrir l’athlé. Je suis heureuse d’aller à l’entraînement, de faire de nouveaux exercices, y compris en musculation. »

Elle se sent libérée, y compris au quotidien. En un mot, elle revit.

« Si le boulot me contraint à décaler une séance d’une heure, rien ne m’en empêche. J’ai les cartes en main et du coup, je suis encore plus consciencieuse. Je sais que si je ne fais pas l’effort, je le paye. »

Seul inconvénient, elle a du mal à savoir où elle en est. « Encore que, là, avant les championnats d’Alsace, ça va, vu que je suis à Paris cette semaine. Donc au contact des autres athlètes de son groupe d’entraînement. »

Consciente de bénéficier pour l’instant « de l’euphorie du changement », elle ne se fixe pas de limite. « Je suis dans une démarche professionnelle. Si j’ai repris, c’est pour mettre toutes les chances de mon côté et aller le plus loin possible. J’ai toujours aimé la salle. Je compte bien participer aux championnats de France avec pourquoi pas une sélection individuelle à la clé. Et cet été, il y a les mondiaux. »

Il est utile à ce stade de rappeler que les championnats d’Europe en salle ont lieu du 1 er au 3 mars à Göteborg et que Moscou accueillera les Mondiaux du 10 au 18 août.

Céline Distel-Bonnet entame donc sa saison indoor à Metz dimanche. Elle s’alignera à Bordeaux samedi prochain, avant les championnats de France à Aubières, dans le fief de Renaud Lavillenie, les 16 et 17 février.

Premier objectif à Metz: « Reprendre contact avec la compétition, effectuer une bonne rentrée dans ce qui aura valeur de test. »

--------------------------------------

Paru ce matin dans les DNA

BENJAMIN GEORG AUX CHAMPIONNATS D'EUROPRE ESPOIRS ET LES QUALIFIES POUR LES CHAMPIONNATS DE FRANCE ELITE, NATIONAUX ET ESPOIRS

Le gel a eu raison des championnats d’Alsace d’athlétisme en salle, qui devaient se dérouler hier à Metz. Cette annulation perturbe la préparation des meilleurs athlètes régionaux. Pour les autres, la saison hivernale est déjà terminée…

Le retour de la vedette attendra. Plus de six mois après sa dernière course – un 100 m le 6 juillet 2012 à Amiens –, Céline Distel-Bonnet, 25 ans, se faisait une joie de rechausser les pointes en compétition (voir DNA de samedi). Las, les championnats d’Alsace d’athlétisme en salle, initialement programmés hier à Metz, ont été annulés pour une raison que chacun pouvait deviner, en mettant le nez dehors ce dimanche.

« C’est dommage et dérangeant, je comptais sur ce rendez-vous pour engranger de la confiance »

Compte tenu du verglas encombrant les trottoirs et les routes, « je me doutais que ça allait être reporté », précise la sprinteuse du PCA (*). « C’est dommage et dérangeant, je m’entraîne seule en ce moment et je n’ai pas trop de repères. Je comptais sur ce rendez-vous pour engranger de la confiance, avant le meeting de Bordeaux sur lequel je m’alignerai samedi. Je pense qu’il sera relevé, d’autant que des étrangères ont annoncé leur participation. »

Au sortir d’un « gros cycle » d’entraînement, la Colmarienne se déplacera en Gironde « sans trop de pression », ni ambition « d’exploser le chrono » sur sa distance de prédilection en salle : le 60 m.

Et de confier : « Si j’avais disputé les championnats d’Alsace, qui avaient valeur de test, j’aurais pu ensuite travailler sur les réglages, concernant mon départ par exemple. C’était le plus important car la forme, elle, ne fera que grimper. »

Céline Distel-Bonnet n’a qu’un objectif en tête : intégrer, d’ici au 10 février, la liste des 16 meilleures Françaises sur 60 m, condition sine qua non pour concourir aux ‘‘ France ’’ élite prévus à Aubière (***). « À moins que je commette de grosses fautes ou que je réalise des choses catastrophiques, ça ne devrait pas être un souci », susurre-t-elle.

« On travaille sans filet »

S’il nourrit le même but, le sprinteur Félix Roussel (Entente Haute Alsace) est un tantinet moins serein et évoque, sans perdre le sourire, une « semaine gâchée ». « Je ne sais toujours pas si je suis en forme. La dernière fois que j’ai couru sérieusement, c’était à Reims, en juillet 2012, dans le cadre des ‘‘ France ’’ espoirs. »

Entraîneur de Brigitte N’Tiamoah, double championne d’Alsace en titre (60m, 200m), Pascal Bleu relaie de son côté la « déception » de la sprinteuse mulhousienne, à la hauteur de sa « motivation » à l’aube de l’échéance messine.

« Elle a effectué un bon footing et quelques lignes droites un peu appuyées ce dimanche matin, mais ça ne remplace pas la compétition, témoigne le coach du FCM, qui estime que l’ensemble de son groupe est pénalisé par la mise au repos forcé d’hier : « L’espace temps pour réaliser des performances est désormais réduit. C’est problématique, car l’enchaînement des compétitions sert à enclencher un processus de montée de forme. Pour l’instant, on travaille sans filet. »

Benjamin Georg (S2A) pourrait mettre un terme à sa saison en salle

Pascal Bleu doit aussi composer avec les « faiblesses » du gymnase universitaire de Mulhouse, « fermé dès lors qu’il y a trop de neige ». Le technicien ne savait pas, hier, si des « séances en salle » pourraient bien avoir lieu cette semaine…

Son homologue du S2A (****), François Ehrmann, s’occupe – entre autres – de Benjamin Georg et Laurie-Anne Yelbi, « athlètes de pointe » engagés dans une « année atypique » : tous deux « donnent la priorité aux études ».

Le premier, auteur d’un temps « très moyen » samedi dans la commune allemande de Sindelfingen (7’06 sur 60 m), mettra sans doute un terme à sa saison hivernale après concertation avec son coach aujourd’hui.

« La décision lui appartient mais a priori, c’est vers cela que l’on s’oriente », précise François Ehrmann, qui croit toutefois son poulain capable de renaître cet été, via une qualification pour les championnats d’Europe espoirs programmés à Tampere, en Finlande, du 11 au 14 juillet.

« Tout tombe à l’eau »

Yelbi, elle, a égalé dans le Bade-Wurtemberg son record personnel (7’65). C’est son mentor qui le dit : elle « réalise des trucs très propres, techniquement très justes ». Sa saison indoor ne sera pas nécessairement sans relief.

« Elle s’entraîne moins que l’an dernier, mais elle n’a pas fait une croix sur les ‘‘ France ’’ élite », souligne François Ehrmann qui regrette, en revanche, que « tous ceux qui n’ont pas un objectif national » soient obligés, ce lundi matin, de remiser les maillots au placard sans même être passé par la case ‘‘ Alsace ’’. « Pour eux, tout tombe à l’eau », fait remarquer le Strasbourgeois.

(*) Pays de Colmar Athlétisme

(**) Céline Distel-Bonnet devait disputer le 60 m.

(***) Ils se dérouleront le week-end des 16 et 17 février. Le sprint féminin est programmé le dimanche.

(****) Strasbourg Agglomération Athlétisme

--------------------------------------------------------------
Paru ce matin dans les DNA

L’urgence de la salle en Alsace

Dimanche matin, 6h05. Jean-Marie Bellicini, le président de la Ligue d’Alsace, rentré de Paris et de la Fédération la veille à 22h45, est sorti de son sommeil. Véronique Wuttmann, Édith Paulen et les quelques élus de la Ligue censés arriver les premiers à Metz pour tout mettre en place tirent la sonnette d’alarme. Cette fois, la météo avait vu juste. Les pluies verglaçantes ont transformé les routes en patinoire. Pas question d’envoyer plus de 300 athlètes au casse-pipe. « Aucune qualification ne vaut de tels risques », a logiquement commenté Jean-Marie Bellicini, avant de préciser : « Je ne pouvais anticiper. Si j’avais émis l’idée samedi après-midi, j’aurais eu droit à une levée de boucliers. »

Et que dire si dans la foulée, la météo s’était montrée trop alarmiste comme en semaine avec des prévisions neigeuses revues à la baisse.

Toujours est-il qu’il a fallu prévenir tous les clubs afin qu’eux-mêmes alertent tous leurs éléments. Et encore, parti de Saint-Louis, un car était déjà en route. Ne serait-ce que jusqu’à Mulhouse, au moment d’être mis au courant de la décision, il accusait déjà 20 minutes de retard.

Les championnats d’Alsace en salle sont donc annulés. Impossible de les reprogrammer. Les salles de Metz et de Vittel sont surbookées. La Ligue a immédiatement entamé des pourparlers avec son homologue voisin. Il est probable qu’une partie des Alsaciens, notamment ceux qui postulent aux France élite les 16/17 février et auront jusqu’au 10 février pour se qualifier, sera admise aux championnats de Lorraine dimanche prochain, toujours à Metz.

L’EXEMPLE AUVERGNAT

Il semblerait qu’il s’agisse d’une première, mais voilà qui confirme les limites de ces Régionaux en salle expatriés par la force des choses. Inévitablement, l’éternelle question remonte à la surface : même si le dossier n’a jamais semblé aussi avancé, à quand le stade couvert en Alsace ? « Avec un équipement chez nous, le verglas ne nous aurait pas épargnés, reconnaît Bellicini. Mais nous aurions eu deux ou trois heures de réflexion supplémentaires. » Et surtout, chez soi, la compétition aurait pu être reprogrammée, y compris, pourquoi pas, en semaine, en soirée, voire même en plusieurs fois.

En attendant, il convient de faire le point sur le dossier. Début octobre, Bernard Amsalem, le président de la Fédération française en personne, s’était déplacé à Strasbourg pour peser de son poids auprès des élus. Début décembre, il a rencontré le sénateur-maire de Strasbourg, Roland Ries, à Paris. Il a sollicité un autre rendez-vous auprès de Philippe Richert, le président de la Région Alsace qui, c’est vrai, a d’autres chats à fouetter par les temps qui courent.

À ce stade, les collectivités concernées – Région, Département du Bas-Rhin, ville de Strasbourg et CUS – ont donné leur accord de principe pour financer l’étude de faisabilité. Rappelons qu’elle concerne un projet de 9 à 12 M €, sur les bans de Geispolsheim et de Lingolsheim. Mais, depuis l’origine, plus que celui de la construction, ce sont les budgets de fonctionnement et d’entretien qui refroidissent les ardeurs des élus. Ce à quoi, Jean-Marie Bellicini répond : « J’en ai encore discuté samedi à Paris avec le président de la Ligue d’Auvergne. La salle d’Aubière, à Clermont-Ferrand (NDLR : qui accueillera les France élite), est exploitée à 97 %, entre les compétitions, l’athlé-santé et autres. Elle rapporte de l’argent plus qu’elle n’en coûte. » À bon entendeur…

--------------------------------------------------------

Paru dans l'Alsace ce matin

Le verglas a eu raison des championnats d’Alsace en salle

le 21/01/2013 à 05:03 par Fabien Rouschop

Déjà contraints de s’entraîner dans des conditions parfois extrêmes au cours de la semaine (comme ici les sprinteurs de l’EGMA), les athlètes alsaciens ont bu le calice jusqu’à la lie en voyant leurs championnats en salle annulés hier. DR

Déjà contraints de s’entraîner dans des conditions parfois extrêmes au cours de la semaine (comme ici les sprinteurs de l’EGMA), les athlètes alsaciens ont bu le calice jusqu’à la lie en voyant leurs championnats en salle annulés hier. DR

En raison de l’état des routes, les athlètes alsaciens ont été invités à rester sagement chez eux hier matin, au lieu de se rendre à Metz pour les championnats d’Alsace en salle. La compétition devrait être reportée à dimanche prochain… si tout va bien.

Les championnats d’Alsace en salle, qui devaient se dérouler hier à « L’Anneau » de Metz, ont été annulés en toute dernière minute en raison des conditions météo qui rendaient très difficile le déplacement des athlètes et officiels alsaciens en Lorraine.

« Si la région Alsace avait sa propre salle… »

La décision, éminemment sage, a été officialisée par Jean-Marie Bellicini dans un courriel adressé à tous les responsables des clubs à 8 h 38 hier matin, alors que des Haut-Rhinois avaient déjà commencé leur trajet en bus mais que, dans le même temps, des Bas-Rhinois n’avaient même pas pu sortir de chez eux… Dans son message, le président de la Ligue d’Alsace a anticipé les éventuelles contestations, estimant « qu’aucun dixième ou centième de seconde, aucune qualification ne vaut de courir le risque d’un accident aux conséquences imprévisibles ».

Directeur des organisations à la Fédération française d’athlétisme et par ailleurs licencié au Strasbourg AA, Alain Spira a immédiatement demandé à la Ligue de Lorraine la possibilité d’ouvrir ses championnats en salle de dimanche prochain aux Alsaciens. « La réponse devrait tomber ce lundi, mais a priori, cela ne devrait pas poser de problème, précise ce dernier. Reste à savoir s’il y aura de la place pour tout le monde (Ndlr : 307 athlètes étaient inscrits à la compétition d’hier). D’après le conseil interrégional, oui. Mais si ce n’est pas le cas, il faudra mettre en place des minima qualificatifs. En tout état de cause, si la région Alsace possédait sa propre salle, on n’aurait pas été confronté à cette situation. »

La date limite des performances prises en compte pour les championnats de France Elite (16-17 février à Aubière) étant fixée au 10 février, les meilleurs représentants régionaux devront quoi qu’il arrive revoir leurs plans, car les compétitions en salle ne seront pas légion d’ici là. Rageant quand on sait que beaucoup avaient misé sur les « Alsace » de ce week-end pour, si ce n’est prendre une option sérieuse sur la qualification, au moins effectuer de premiers réglages indispensables. Pour les autres, en revanche, le temps ne presse pas puisque les championnats de France Cadets/Juniors et Espoirs/Nationaux n’ont lieu qu’à la mi-mars.

« Il va falloir se démultiplier »

Dès la fin de matinée, le président de l’Entente Grand Mulhouse Athlétisme, Christian Haessler, a laissé entendre qu’un certain nombre d’athlètes haut-rhinois pourraient privilégier le meeting indoor du samedi 26 janvier à Macolin, dans le canton de Berne (Suisse). Il est vrai que pour son club comme pour les demi-fondeurs alsaciens, le lendemain est une journée déjà bien chargée, avec les championnats d’Alsace… de cross-country, dans la forêt du Waldeck, à Mulhouse.

« Il va falloir se démultiplier », avouait-il, un brin désabusé. L’hiver est déjà rude pour l’athlétisme régional.



les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
15/07 >
29/06 >  (1)
03/04 >  (3)
01/04 >
23/03 >
17/03 >
05/03 >
24/02 >
10/02 >
02/02 >
14/01 >
13/01 >
06/01 >
26/11 >
22/11 >
05/02 >
01/02 >
02/09 >
12/08 >
27/07 >
Athle.fr
Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien « CONTACT ». Tous les domaines (Direction, Encadrement sportif, Jury et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
Les clubs du Bas-Rhin.
Annuaire LARGE
Accueil
Les Espaces